1. Accueil
  2. L’Atelier des conseils
Livraison gratuite pour nos Reines à partir de 45 €

L’histoire de Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette

Fargeon et ses parfums

Les belles histoires sont souvent l’aboutissement de récits qui se fondent et se mêlent les uns aux autres. Derrière l’histoire de la Maison Gellé Frères, il y a notamment celle de Jean-Louis Fargeon, parfumeur de la Dauphine Marie-Antoinette d’Autriche. C’est cette histoire que nous voulons vous raconter aujourd’hui, et nous allons pour cela faire un bond dans le passé, au siècle des Lumières.

Partager

Un précieux héritage

Jean-Louis Fargeon est issu d’une grande lignée de parfumeurs-apothicaires, réputés pour leurs « compositions pour la santé et leurs « parfums pour l’embellissement ». Il naît en 1748 à Montpellier, haut lieu de la parfumerie française au 18ème siècle grâce à sa faculté de médecine qui était la source de création de parfums. Il acquiert à Montpellier le savoir-faire qui lui permettra de monter à la capitale, car Jean-Louis Fargeon rêve depuis son enfance de la grandeur de Versailles…

Premiers pas à Paris, premiers effluves d’un succès éclatant

Notre jeune provençal ouvre sa première boutique parisienne dans la rue du Roule, dans le 1er arrondissement. Fidèle à la réputation de sa dynastie, il crée des soins et des parfums à l’origine de la cosmétique moderne. Il fabrique de nombreux produits : des gants parfumés, des compositions florales, des fards, des pommades, des eaux revigorantes, des eaux de vie et de lavande… Sa boutique attise la curiosité, elle devient le temple des coquettes, pendant que son laboratoire prend des allures de repaire pour les érudits et les curieux. Mais Jean-Louis Fargeon n’a pas oublié ses rêves d’enfants, ses ambitions sont bien plus grandes. Versailles n’est plus qu’à quelques kilomètres de là…

Une cliente à part…

Puis Jean-Louis Faegeon rencontre Madame Du Barry, la dernière favorite de Louis XV qui succède à Madame de Pompadour. Elle devient sa cliente. Fille d’une couturière et un moine du Tiers-Ordre de Saint-François, celle que l’on surnommait « Mademoiselle l’Ange » était destinée à un destin sans vagues. Mais sa beauté étourdissante ne laissant pas les hommes de marbre, elle fut remarquée par Louis XV qui l’installa confortablement à Versailles. Celle-ci fut méprisée pour ses origines modestes et jalousée par la Cour et plus particulièrement par Marie-Antoinette. Peu importe les commérages et les rivalités, c’est Madame Du Barry qui introduira Jean-Louis Fargeon dans la cour des grands. 

Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette et de ses enfants

Pour séduire la Reine de France, Jean-Louis Fargeon dispose d’un avantage certain et non commun. Il sait adapter ses créations aux goûts et aux humeurs de la Dauphine, il élabore pour elle des senteurs appropriées à chaque circonstance. Lorsque celle-ci accouche de son premier enfant en 1778, il crée par exemple une « eau d’ange » moins lourde et moins spiritueuse que les « esprits ardents » qu’elle aimait jusque-là. Jean-Louis Fargeon parfumait également les bains de la Reine avec de petites boules faites maison à base d’encens et d’huiles de myrtilles ou de coing. Les courtisans murmuraient qu’une douce odeur de printemps régnait après chaque passage de Marie-Antoinette…

Portrait of Queen Marie Antoinette of France (1755-1793), after 1783. Private Collection. (Photo by Fine Art Images/Heritage Images/Getty Images)

Après la Révolution française, Jean-Louis Fargeon restera dévoué à la famille royale. Il est arrêté en pleine Terreur pour une affaire de faux assignats, une monnaie fiduciaire, puis sera finalement acquitté lors du 9 Thermidor, jour de la chute de Robespierre. Cet événement ne suffit pas à lui faire renoncer à sa carrière, il signe un traité de parfumerie en 1801 et, surtout, devient le fournisseur officiel de la cour impériale. Il décède en 1806, non sans confier son art à de prometteurs parfumeurs…

Jean-Louis Fargeon et Gellé Frère, la transmission d’un savoir-faire

L’histoire de Jean-Louis Fargeon rejoint celle de notre Maison, lorsque celui-ci lègue son savoir-faire et son expertise des plantes aux frères Gellé, Jean-Baptiste et Augustin. Ils ouvrent à leur tour leur première boutique à Paris en 1826 et jouissent du succès que nous leur connaissons encore aujourd’hui, tandis que la marque royale parfume les Reines modernes aux quatre coins du monde.


Paiement 100 % sécurisé

Visa, Mastercard, American Express

Livraison rapide

En France et en Europe*

Besoin d’un conseil ?

On répond à toutes nos reines